Les amis de Jenny Alpha

Jenny Alpha
Artiste emblématique de la culture antillaise

Comme le dit Natalie Levisalles en introduction de l’ouvrage « Paris Créole Blues », Jenny Alpha aurait dû être une star. Elle avait toutes les qualités pour le devenir : talent, beauté, séduction.

Elle rêvait de consacrer sa vie au théâtre, dont elle avait eu la révélation par son père à la Martinique alors qu’elle était toute jeune enfant. Il lui a fallu se heurter à la désapprobation de ses parents. Ensuite, que de désillusions voire de vexations aura-t-elle dû affronter dans une France pétrie d’idéologie coloniale pour vaincre une discrimination qui cantonnait les acteurs Noirs dans des rôles caricaturaux et peu valorisants.

C’est ce qui explique qu’avant de devenir la comédienne que l’on sait et de trouver la consécration à un âge avancé, Jenny Alpha a consacré avec panache pendant plus de vingt ans, de front avec le Théâtre, une première partie de sa vie à la musique et à la danse, domaine d’expression qui non seulement lui permettait d’assouvir sa passion de la scène et du spectacle mais dans lequel les artistes Noirs, de par leur talent apprécié du public, bénéficiaient en Europe d’une reconnaissance qu’on leur refusait le plus souvent dans d’autres disciplines.

Ce n’est qu’à partir de la cinquantaine que Jenny Alpha a été révélée et engagée par des metteurs en scène parmi les plus grands : Roger Blin, Jean-Marie Serreau, Henri Ronse, Daniel Mesguich, Jean-René Lemoine…

Devenue vers la fin de sa vie une icône de la culture d’Outre-mer, elle est aujourd’hui considérée par ses compatriotes comme une héroïne, celle qui s’est battue sans relâche pour que les comédiens Noirs puisse trouver leur juste place dans le paysage culturel français.

 

 

 

Mentions Légales © 2013 Les amis de Jenny Alpha