Les amis de Jenny Alpha

 

 Biographie de Jenny Alpha

Issue d’une famille mulâtre bourgeoise et cultivée, Jenny Alpha est née à Fort-de-France le 22 avril 1910. Elle est marquée dès son enfance par le théâtre qu’elle découvre avec son père. En 1929, Jenny Alpha vient poursuivre ses études à Paris en prévision d’une carrière dans l’enseignement. Elle prépare une licence d’histoire et géographie puis s’inscrit à l’école de gymnastique et de danse rythmique d’Irène Popard, avant-gardiste de la gymnastique féminine en France.
Éprise de liberté, captivée par les courants de pensée réformiste, Jenny Alpha rencontre en 1936 les fondateurs de la Négritude : Aimé Césaire, Léon Gontran Damas, Léopold Sédar Senghor. Elle donne des cours de gymnastique au poète Robert Desnos et rencontre chez lui des personnalités des arts et des lettres : le peintre Derain, Jean-Louis Barrault, Marc Allégret, Charles Trénet et le tout jeune Mouloudji. De 1937 à 1939, Jenny Alpha travaille à Paris au Musée Guimet comme secrétaire particulière de la conservatrice Mady Sauvageot.
En décembre 1939, Jenny Alpha épouse Jacques Dessart, attaché et conférencier au Musée du Louvre. Mais celui-ci décède de la tuberculose en 1942 à Tourrettes-sur-Loup où le couple a fui la zone occupée par les Allemands. À Nice, Jenny Alpha en pleine détresse reçoit le secours du poète Noël Villard qui deviendra son second mari jusqu’à sa mort en 1984. Durant la guerre, ils cachent à leur domicile une famille juive de quatre personnes.
En 1945, après la Libération, Jenny et Noël rejoignent Paris. Encouragée et conseillée par son mari, Jenny est décidée à faire une carrière d’artiste. Les auditions de théâtre sont le plus souvent de cuisantes déceptions : “Pas de place pour les Noirs dans le répertoire classique !”. Jenny se tourne alors vers la musique et le cabaret. Elle obtient un premier succès à “La Canne à Sucre”, le légendaire cabaret antillais de Montparnasse. En 1947, elle est choisie comme modèle par le peintre Lemagny pour un timbre-poste à l’effigie de la Martinique. À partir de 1950 et jusqu’au milieu des années soixante, Jenny Alpha présente en France et en Europe son propre orchestre de variétés, jazz, musique typique : “Les Pirates du Rythme”. Durant cette période, elle participe aussi à quelques pièces de théâtre.
C’est en 1958, avec Les Nègres de Jean Genêt dans la mise en scène de Roger Blin, que se situe le tournant de sa carrière de comédienne. Elle est ensuite dirigée par Jean-Marie Serreau puis par Henri Ronse qui lui offre en 1976 son premier rôle dans une tragédie du répertoire classique à l’âge de 66 ans (Rodogune de Pierre Corneille).
Jusqu’en 2006, Jenny Alpha a été présente dans plus d’une centaine de pièces pour le théâtre, la télévision, la radio, et dans une multitude de films. Elle a notamment travaillé au théâtre avec les metteurs en scène Daniel Mesguish, Jean-René Lemoine et au cinéma avec Jean-Pierre Mocky, Julius-Amédée Laou. Souvent sollicitée, Jenny Alpha n’a jamais cessé d’encourager la création contemporaine d’Afrique et d’Outre-mer, de promouvoir avec passion l’essor des jeunes compagnies.
Devenue à l’automne de sa vie une icône du monde créole, Jenny Alpha est décédée à son domicile à Paris le 8 septembre 2010, six mois après avoir fêté ses 100 ans. Ses funérailles, célébrées le 14 septembre en l’église de la Madeleine à Paris, ont rassemblé plus de trois cents personnes : famille, amis, artistes, personnalités du monde culturel et de l’Outre-mer. Elle repose aujourd’hui près de son second mari au cimetière parisien de Saint-Ouen.

 

 

 

 

 

Mentions Légales © 2013 Les amis de Jenny Alpha